AZ-INFOS TGV-Pourquoi le président continue-t-il à chercher son pain d’honnêteté dans la poubelle de répugnance de la population ?

Présenté il y a environ deux ans comme la cure de jouvence, la goutte d’eau qui fertilisera définitivement la terre chère à nos vaillants Héros de l’indépendance. Une terre en panne de solution depuis après la fameuse période dictatoriale des Duvalier, une tranche d’histoire qui a vu les droits des citoyens réduits à leur nullissime expression.

En effet, pour couper court à cette frange d’intolérance, la population haïtienne, emmenée par des leaders d’opinion bien avisés, avait finalement eu gain de cause.Cependant, après la chute de ce système d’oppression, on avait jugé bon de faire une transition rapide dictature-démocratie, vue comme utopique par plus d’un, argumentant que le délai était trop bref, peut-être avaient-ils raison. En tout cas, un changement que l’on rêvait porteur de résultats efficaces, mais qui, jusqu’à présent, n’arrive pas à délivrer les marchandises escomptées.

Par ailleurs, le fameux parti politique Parti Haitien Tèt Kale (PHTK) arrive avec un pantin bien ciselé affiché comme le messie d’une Haïti au fond d’un gouffre abyssal sur de plans divers, citons: politique, économique, social et autres. Jovenel Moïse est son nom, l’originaire du Nord-Est s’est fait accepté derrière un masque <<bannann>> qui a trompé la grande majorité de la population haïtienne déjà tant conduite par sa pulsion émotionnelle et en quête de repère.

Aujourd’hui, après deux ans déjà au contrôle de la barque d’Haïti, force est de constater que la nacelle n’est pas ramée dans la bonne direction. Néanmoins, continue-t-il à être supporté par le Législatif qui n’ose pas le destituer, alors qu’il est si décrié par la population.Si le président aime le pays au point veut-il le faire savoir, pourquoi ne liberte-t-il pas l’affaire en présentant sa démission ? Peut-être n’était-il pas missionné,on ne sait jamais.En plus, au regard des compétences que confère la constitution au Législatif, pourquoi n’ose-t-il pas destituer le Président ? Peut-être n’est-il pas conscient du marasme global auquel fait face notre chère terre. Cette réponse est bien envisageable regardant les têtes de la majorité de ceux qui le composent.

Des projets farfelus étalés au peuple haïtien l’ont poussé à réclamer Jovenel Moïse dit nèg bannann sous toutes formes. Qui n’était pas au courant de ces discours ?: << Ban mwen l bouyi; ban mwen l fri; ban mwen l nan labouyi; banm mwen l papita; ban mwen l mi…>> Des coups de gueule qui ont clairement montré la faiblesse de beaucoup d’haïtiens pour cet inconnu débarqué et exposé sur la place publique comme le seul sauveur bien que contesté par une bonne frange de la population.

Durant sa campagne électorale, ainsi parlait-il, : << Je redynamiserai le système; j’investirai dans l’agriculture; je prendrai faits et causes pour Haïti; je construirai des routes telles que vous les voyez dans les pays développés; je stabiliserai la situation crapuleuse de la gourde face au dollar américain et la production agricole sera traitée autour de notre grand projet de bananes et cela permettra à la gourde de reprendre sa marche en avant sur l’échiquier économique mondial; je combattrai la corruption jusqu’à la dernière rigueur; je ferai en sorte d’alléger les dépenses de l’État; l’argent du peuple doit être mis au service du peuple; je moderniserai le système de l’énergie et l’électricité 24/24 sera accessible sur les 27 750 km²… >> Rapidement installé, l’homme se met à entreprendre des actions qui laissent entrevoir une dose d’amateurisme évident dont le grand exemple à citer: la caravane de changement. Selon les dires, ce projet tendrait à construire des routes; mettre à disposition des cultivateurs des moyens adéquats pouvant leur permettre de produire rapidement et efficacement de manière à répondre aux besoins en nutrition et en commerce de l’ensemble de la population. Mais, comment un projet de si grande envergure, dont le coût économique et financier doit normalement s’élever à des sommes faramineuses, n’est-il pas budgétisé? Alors que le président s’était dit très préoccupé par l’éradication de la corruption, qu’il avait considérée comme l’un des éléments gênant le progrès d’Haïti.

En effet, des voix s’élèvent un peu partout, le peuple se dit fatigué à déguster cette banane vénéneuse à la santé de leur progrès. On continue à patauger dans la misère, dans la crasse, la dévaluation de la gourde prend de l’essor au point d’atteindre les 95 pour un dollar américain, c’est inadmissible. De ce fait, des vagues de mobilisation sont mises sur pied et on réclame la démission du président de la République qualifié de menteur impénitent. Finalement la goutte qui tiendrait à faire renverser le vase, c’est ce mouvement enclenché sur les réseaux sociaux par des jeunes dans l’optique de réclamer cet argent prêté à Haïti par Venezuela avec son président d’alors El senor Hugo Chavez pour son développement qui est jusqu’à présent dans l’impasse. En fait, reddition de compte, arrestation et condamnation de toutes celles et ceux qui, d’une manière ou d’une autre, ont participé dans la dilapidation de ce fonds importantissime qu’Haiti aura à rembourser au Venezuela sur une période de 25 ans sont les principaux points qui constituent la revendication des petro-challengers. Pis est, le nom du président de la République actuel par le biais de ses firmes (Agri-Trans et Bétex) est cité en grande manchette parmi les dilapideurs du fonds dit Petro-Caribe. Dans un rapport détaillé publié en date du 31 mai 2019 par l’organe administratif Haitien compétent en la matière, à savoir Cours Supérieur des Comptes et du Contentieux Administratif ( CSC/CA) SEM Jovenel Moïse est profondément indexé comme voleur de grand carrefour de l’argent du développement du peuple, dirait-on un crime de haute trahison bien qu’il ait commis avant son élection à la tête du pays. Ce qui a mis en péril la capacité de ce dernier à continuer à mener la barque de la Première Nation Noire Libre. Car, dit-on, le président de la République doit être au-dessus de tout soupçon.

D’abord, la constitution du 29 mars 1987 amendée le 09 mai 2011 en son article 136 dispose ce qui suit: << le président de la République, chef de l’État, veille au respect et à l’exécution de la constitution et à la stabilité des institutions. Il assure le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l’État.>>. Sur ce point, répond-il vraiment à ses attributions ? Je dis NON. Ensuite, l’article 138 nous dit ceci : << le président de la République est le garant de l’indépendance nationale et de l’intégrité du territoire.>> Avec l’affaire des étrangers armés qui ont investi notre territoire et sont répartis sous l’autorisation, entendez-vous bien, du Ministre de la justice Jean-Roudy Aly, autorisé, lui à son tour, par Monsieur le président sans que lumière soit faite sur les intérêts de leur présence en Haïti. Sur ce nouveau point, le président ne nie-t-il pas sa mission ?
En addition, l’article 186 de la constitution donne ferme compétence à la chambre des députés, à la majorité des deux tiers (2/3) de ses membres de prononcer la mise en accusation du président de la République à la section a, pour crime de haute trahison ou tout autre crime ou délit commis dans l’exercice de ses fonctions. Sus-appuyé par l’article 93 disant que le législatif a le privilège de mettre en accusation le chef de l’État, le Premier Ministre, les ministres, les secrétaires d’État par devant la Haute Cour de Justice. Qu’attend le parlement pour inscrire son nom en lettres d’or dans le cœur du peuple haïtien ? Particulièrement les jeunes, en facilitant la réalisation du procès petrocaribe tant réclamée. Par éthique et moralité il doit abandonner l’affaire afin de se mettre à la disposition de la justice.

La charité bien ordonnée commence par soi-même Monsieur le Président !
Elargissons le cadre, regardons au Brésil ce qui s’est passé avec Dilma Rousself destituée pour cas de corruption, en Équateur avec Abdala Bucáram destitué pour promesses non tenues et accusé de corruption, au Guatemala avec Otto Pérez Molina, démissionné vue les accusations de corruption qui lui planaient sur. Récemment, soit en 2018 nous avons assisté à la condamnation de Luiz Inacio Lula Da Silva à 8 ans et 10 mois d’incarcération, ce qui l’a empêché d’arriver à bout de la présidentielle brésilienne dont il était le grandissime favori, finalement remportée par l’homme de droite, Jair Bolsonaro contesté et décrié par plus d’un. Encore, le président hongrois Pal Schmitt fut poussé à la démission en 2012 parce qu’il aurait uniquement plagié sa thèse de doctorat.

En Allemagne, en 2011, le ministre de la défense d’alors Karl-Theodor Zu Guttenber fut contraint de présenter sa démission encore pour une affaire de plagiat de son travail universitaire de doctorat. Ils le font tout carrément pour éviter la prolifération de ces actes d’extrême petitesse.
Alors, comprenez-vous le niveau de moralité prôné par ces sociétés ? Et pourquoi sommes-nous si à la traîne ?
Le cas de destitution ou de démission de chacun d’eux ne représente-t-il pas respectivement un élément du gigantesque TOUT reproché à l’homme bananier ?

Fort de tout cela, le président Jovenel Moïse, mérite-t-il de continuer à décider au nom du peuple haïtien ? Pourquoi ne peut-il pas se vêtir de son costume de moralité et de sagesse pour finalement remettre la clé du palais national ? Pourquoi continue-t-il à garder la majorité dans les deux chambres tandis qu’il est net aux yeux de tous, le président est incapable de répondre à la mission sacerdotale qui lui a été confiée? Attend-on que l’institution qu’est la Présidence descende à un niveau encore plus exécrable que ce qui lui est reconnu aujourd’hui ? Va-t-on continuer à saper l’intégrité et l’honneur du peuple haïtien aux yeux de l’étranger ? Finalement, Haïti ou intérêts mesquins?
Réfléchissez-y, que les actes répondent!

Chrismann Jean-Jacques TOUSSAINT, juriste!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.