La brutale chasse aux journalistes se poursuit avec l’USGPN – AZ-INFOS TGV

On est le jeudi 17 Octobre 2019, tôt dans la matinée au Champs-de-Mars à proximité de la succursale de Sogebank, une date de grande histoire pour Haïti. Néanmoins, piétinée par certains agents de l’Unité de Sécurité Générale du Palais National(USGPN) frappés d’inhumanité pour bastonner un journaliste de Signal FM répondant au nom de Raynald Petit-Frère.

En effet, le journaliste s’était déjà vêtu de son manteau de services, il devait sillonner le Champs-de-Mars très tourmenté ces derniers jours par ce combat acharné entre des militants de l’Opposition et des hommes armés du Palais National. Alors qu’il s’était normalement identifié, Raynald s’était vu frappé, bousculé, maltraité par un agent de ladite unité sous les yeux complices d’autres agents, reprochant aux journalistes d’être partie prenante des vagues de protestations qui s’abattent sur Haïti.

Entre autres, l’employé de Radio Signal a dit avoir fait face à des hommes cagoulés qu’il n’a pas pu identifier, ni l’immatriculation du Backup en question. Mais, il s’agissait d’une équipe de l’USGPN, positionnée dans l’angle entre Sogebank et Haitiano. Plus loin, selon ce que la victime a partagé à AZ-INFOS TGV c’est pour la deuxième fois qu’il est l’objet de brutalités policières . Est-ce un signal d’intimidation envoyé aux membres de la presse haïtienne ?

Nous constatons ces derniers temps, une velléité du côté des agents de la police nationale à s’attaquer systématiquement aux journalistes. Un courant qui doit être illico coupé, car la liberté de la presse est garantie par la constitution haïtienne à l’article 28 et suivants. De ce fait, le travail journalistique doit être respecté de tous.

En somme, les menaces, les maltraitances et la mort, voilà ce qui constitue le lot de récompenses d’une presse si dévouée dans le respect des droits humains malgré toutes ses contraintes et ses maigres moyens. Donc, il s’avère nécessaire que ce secteur vital pour la liberté d’expression en Haïti prenne le jeu à son compte de manière à éradiquer ce comportement bestial de certains agents des forces de l’ordre. Par delà, attendons-nous d’être encore tapés aussi fort comme ce fut le cas avec Vladimir Legagneur, Rospide Pétion et Néhémie Joseph pour agir? A-t-on affaires à des agents de police ou des sauvages non-dressés?

Par ailleurs, l’équipe d’AZ-INFOS TGV sympathise avec Raynald Petit-Frère, à qui, courage et force sont souhaités !

Chrismann Jean-Jacques Toussaint

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.